Déco : couloir long, étroit ET sombre

Vous avez certainement été nombreux pendant le confinement a vouloir profiter de ce temps qui nous était imposé pour faire quelques petits travaux chez vous, en attente depuis trop longtemps. C’était le moment idéal. Enfin, c’est ce que vous avez cru. En tout cas, c’est exactement ce que je me suis dit. Bien sûr, c’était sans compter sur le fait que le drive Leroy Merlin avait des créneaux disponibles à plus de 10 jours après la commande, et que le problème quand on a du temps illimité devant soi, c’est que l’on peut avoir tendance à repousser au lendemain … Procrastination quand tu nous tiens …

Le constat :

Locataire de mon appartement, il y a cet espace qui depuis toujours me déprimait : le couloir qui dessert les chambres. L’immeuble datant des années 70, l’aménagement de l’espace n’était pas pensé de la même façon que dans les constructions contemporaines.

Mon couloir, donc, est LE couloir long, sombre et étroit par excellence ! Avec ses 4,90 mètres de long et seulement 80 cm de large, il ne bénéficie d’aucune fenêtre qui pourrait amener une lumière naturelle. Et avec une seule source d’électricité au plafond tout au bout, juste au niveau du coude, il fallait faire une vraie étude technique pour travailler la luminosité ! De plus, recouvert d’un antique papier peint rose saumon et avec un parquet stratifié marron foncé, je vous laisse imaginer le boulot pour en faire un espace de passage agréable, et tant qu’à y être à la déco sympa !

L’idée :

Avant de me lancer, j’ai donc pas mal cherché sur le net ce qui se faisait. Mais là, déception ! De tous les modèles de déco qui me plaisait, aucun n’avait le combo « long, étroit ET sombre« . Il y en avait toujours un suffisamment large pour être agrémenté d’une bibliothèque sur la longueur ou un autre avec la fenêtre qui fait toute la différence …

J’ai envisagé de travailler l’espace avec de la couleur, et de faire quelque chose au parti pris tranché. Mais deux choses m’ont retenues : tout d’abord, étant en location, je me voyais mal refaire un mur blanc sur un mur de couleur foncée lorsque je déciderais de déménager. Deuxièmement, j’avais peur de me lasser. Sans parler du fait qu’un lieu sombre, ne récupérera pas de lumière par la couleur.
Ayant découvert la magie du papier peint il y a quelques années pour « re pimper » un espace, j’ai naturellement envisagé ce matériau pour redesigner mon couloir.

Croquis pour poser les idées

Après avoir écumé plusieurs sites de déco (et avoir eu recours aux très bonnes idées d’une amie), je me décide enfin. J’utiliserai le papier peint comme de la couleur en faisant un all-over sur le mur du fond et en le mettant de chaque côté en « bas de mur« . Ainsi, l’œil sera guidé vers le fond, et par un effet d’optique le mur paraîtra moins loin. Je garderai le haut des murs blanc afin de récupérer le maximum de luminosité. Par ailleurs, toujours pour amener plus de lumière, j’agrémenterai de miroirs. Ceux-ci seront ronds afin de donner un sentiment d’espace, car comme vous le savez, le rond a un effet agrandissant dans une pièce fermée.

Miroirs ronds pour effet agrandissant

Pour le style, j’avais envie de quelque chose de léger, qui puisse me faire m’évader à chaque fois que j’utiliserai ce passage. Ou comment oublier le fonctionnel au profit de l’imaginaire. J’ai donc opté pour un papier peint à l’esprit nature. Je l’ai trouvé chez Ferm Living, maison de design danoise. J’avais déjà posé du papier peint de cette marque et savais que le papier était de bonne qualité pour un tarif correct (90€ le rouleau de 10 mètres en 52cm de large). Cela paraît cher, mais si l’on fait le comparatif avec de la peinture, ça revient quasiment au même pour un peu que l’on prenne une peinture de qualité.
Je décidais ensuite d’agrémenter le mur de miroirs en matières naturelles (type bambou, raphia, etc …) et de renforcer par une suspension dans le même style.

La réalisation :

Bon j’avoue : j’ai les idées mais pas la technique ! C’est donc mon mari qui a tout fait. Il a d’abord fallu détapisser. A l’aide d’un produit spécifique de décollage dilué et appliqué sur le mur à l’aide d’un pulvérisateur , ce fut relativement rapide. Attention néanmoins à bien décoller les petits bouts qui resteraient collés. Pour cela, utilisez un papier de verre. Si besoin, pour que votre mur soit parfaitement lisse, passez un enduit de lissage (et non de rebouchage !) sur l’ensemble de la surface. Laissez sécher 48h.
Puis nous avons appliqué deux couches de peinture blanche. Nous en avons profité pour repeindre le plafond également.

Le chantier : phase enduit

Vient ensuite la pose du papier peint :
Astuces : choisissez un papier peint intissé. Pas besoin d’encoller au préalable, il suffit de passer la colle au rouleau directement sur le mur. La colle part à l’eau chaude, même pas besoin de protéger votre sol !
Les papiers peints intissés sont très facile à poser, avec une colle spéciale (type Quelyd) qui ne laisse aucune trace. Ce qui était quelque peu complexe, ici, ce fut de poser correctement et droit le papier qui n’arrivait qu’à 80 cm du mur.
Surtout ne faites pas comme moi ! Ce n’est pas très long de poser du papier peint, mais si l’on est trop pressé, on peut vite faire des catastrophes !
Tout d’abord, il y a le raccord entre deux laies … Généralement, le fournisseur indique la mesure pour un raccord correct (c’est à dire pour que le dessin coïncide avec celui de la laie suivante). Pour la découpe des laies : pensez à ajouter 2 cm pour le retour du papier sur la plinthe et ainsi avoir une adhérence parfaite.
Ensuite, prenez le temps de mesurer et de vous faire des repères sur le mur. Un fil à plomb (ou ficelle avec un poids accroché au bout) vous permettra de marquer vos repères verticaux.

Ambiance Nature grâce au papier peint


Et surtout : Partez d’un côté du mur et faites la longueur en suivant pour ne pas avoir de décalage. Evidemment, je vous donne ces conseils puisque je ne les ai pas du tout appliqué ! Total, je me suis retrouvée au milieu du mur avec un décalage de 5 cm entre les laies et un raccord d’une demi-laie juste à l’endroit où se porte le regard ! J’ai donc été interdite de chantier, et le pro a repris les choses en main 😉
Une fois ces péripéties de chantier terminées et le papier peint posé, comme ce n’était pas parfait (!) , et surtout pour donner une impression de fini, nous avons décidé de poser des cimaises (ou baguettes à moulures) couleur bois naturel pour faire le lien avec le parti pris de la déco nature.

Il ne restait plus qu’à poser les miroirs ronds. J’en ai choisis cinq, car les nombres impairs en déco permettent de fixer l’œil. Avec un nombre pair, l’œil ne sait pas où se poser. Ils amènent également le regard vers le fond en étant accrochés en décalage. Leurs tailles différentes permet de jouer sur les proportions et de ne pas avoir quelque chose de régulier qui allongerait l’espace au lieu de le dynamiser.

La suspension bambou permet une diffusion de la lumière très naturelle. Bon j’avoue, j’étais un peu pressée de finir et je l’ai choisi un peu vite. Quelque chose de plus rond aurait été mieux.

Raphia, bambou et bois clair

Enfin, pour terminer, j’ai décidé de rajouter un tapis en fibres naturelles pour éclaircir le sol et réchauffer l’espace. Je l’ai découvert dans une petite boutique de déco du centre-ville que je ne connaissais pas du tout : Vu Concept. C’est à la fois une boutique à l’ambiance colorée et ethnique, et une agence de décoration d’intérieur. Quand on pousse la porte, par curiosité ou pour parler déco, on se sent tout de suite bien dans ce lieu très « your Home away from home ». Beaucoup de coussins, de plaids colorés de la marque espagnole Calma, mais également des petits meubles de designers ou des créations importées du Vietnam dont est originaire la décoratrice qui a monté le lieu.

Tapis Calma en jute fait à la main

En conclusion, même un petit espace comme un couloir demande réflexion et application dès lors que l’on souhaite travailler sa déco. On pourrait avoir tendance à croire qu’un espace de passage n’est pas prioritaire dans la décoration de son intérieur. Néanmoins, quel plaisir maintenant à chaque fois que je traverse mon couloir ! Il a gagné en luminosité et me permet une sensation d’évasion alors que c’est un espace exigu ! Pari gagné !

A vous de jouer :

Matériel utilisé pour une surface murale de 35 m2 :

  • produit à détapisser et pulvérisateur
  • Enduit de lissage
  • Peinture blanche 10L
  • colle à tapisserie (type Quelyd)
  • palette à maroufler + cutter + règle 60 cm + fil à plomb
  • papier peint intissé (2 rouleaux de 52cm x 10m)
  • cimaises collées avec de la colle super glue

Publié par ChloéD

Passionnée de voyages, je partage mes coups de cœur en tant que rédactrice voyages depuis plus de 6 ans. En devenant maman, m'inscrire dans la dynamique locale à travers le projet de la gazette de l'école m'est apparu essentielle. J'aborde l'écriture comme la possibilité de donner une voix aux initiatives qui œuvrent pour un monde meilleur, un monde auquel je veux participer pour l'avenir de la nouvelle génération en devenir.

Un avis sur « Déco : couloir long, étroit ET sombre »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :